Non, le e-commerce ne tue pas les magasins physiques !

ecommerce porte les magasins physiques

Les boutiques e-commerce devaient tuer le commerce traditionnel ! La généralisation de ces boutiques virtuelles allait nous transformer en consommateurs passifs, ne faisant même plus l’effort de visiter les magasins physiques. La réalité est toute autre. Certes, le e-commerce rencontre un succès indéniable, mais l’acheteur numérique n’a pas terrassé le consommateur traditionnel. Pour de nombreux marchands, internet constitue un canal de vente supplémentaire, qui ne cannibalise pas leur point de vente réel. Explications.

 

Le e-commerce progresse et devient un canal complémentaire

Les clichés des commerçants à l’égard d’Internet sont nombreux. La toile serait accusée de piquer des parts de marché, de cannibaliser les ventes en magasin, et de transformer les points de vente en simples show-room, dans lesquels les consommateurs se rendent uniquement pour voir et essayer un produit, avant de l’acheter en ligne, si possible moins cher.

Si ce phénomène est visible, l’inverse également est clairement identifié. De nombreux actes d’achat s’initient sur internet et trouvent leur aboutissement dans un magasin physique. On parle alors de ROPO, pour « Research Online, Purchase Offline » qui signifie littéralement « recherche en ligne, achat en magasin ».

Internet est devenu un compagnon du quotidien, mais les ventes réalisées de manière virtuelle, toutes catégories confondues, ne représentent actuellement que 8 % (seulement) en Francei , 7% hors alimentaire.

Selon les chiffres de la Fevad, l’e-commerce pèse dans notre pays 45 milliards d’euros, et l’on compte environ 32 millions d’e-consommateurs soit 48 % de la population.

Acheter sur internet et en magasin n’est pas incompatible

Après l’achat sur internet réalisé depuis le domicile, c’est aujourd’hui le m-commerce (achat depuis les smartphone) qui connaît une croissance forte. Déjà plus d’un milliard d’euros de vente sur mobiles ont été atteint en 2012 (chiffres de la Fevad et de Médiamétrie) et la progression pourrait encore continuer.

L’achat en quelques secondes depuis son téléphone, va par contre, lui, enterrer les magasins ? Non plus !

Internet, qu’il soit disponible sur un ordinateur, une tablette ou un mobile, est avant tout un outil utile pour faire venir des clients en magasin. De nombreux commerçants, qu’ils fassent partie d’un réseau de franchise ou qu’ils agissent en indépendant, ont compris cet intérêt et développent désormais des stratégies multi-canal. Le web est un allié et développe la consommation !

  • Le marketing géolocalisé permet d’améliorer la visibilité d’un magasin dans les moteurs de recherche en utilisant des critères géographiques ! La zone de chalandise se déplace même sur le web ! 25% des recherches effectuées chaque jour sur Google auraient d’ailleurs une connotation locale !
  • L’achat en ligne puis le retrait en magasin permet de réaliser du trafic sur le point de vente, et de coller aux attentes des personnes qui souhaitent commander de manière numérique avant de récupérer leurs achats.
  • Les opérations de promotion et le couponing, notamment via les réseaux sociaux, ont un impact significatif sur les visites en point de vente. Un bon plan se partage désormais à grande vitesse et possède une viralité inégalée grâce notamment à Facebook et Twitter

Le e-commerce n’est pas un tueur de magasins physiques, mais plutôt une solution pertinente que de nombreux magasins devraient utiliser pour « booster » leurs ventes.

« Aujourd’hui, la transition vers le numérique est fondamentale. C’est là que se créée de la valeur. La distinction entre commerce et e-commerce va disparaître, et aujourd’hui le digital est absolument partout, dans toutes les entreprises, dans tous les secteurs, dans tous les métiers » explique Catherine Barba, pionnière de l’internet en France, et auteur d’un livre au titre évocateur : « Le magasin n’est pas mort ».

Alors, après le triste bilan des soldes d’hiver 2013, voilà qu’on l’on nous annonce encore de maigres résultats pour les soldes d’été qui s’achèvent cette seamaine. encore une fois, les médias nous disent « le e-commerce, lui, tire son épingle du jeu ». 

Tirent leurs épingles du jeu, ceux qui ont compris tout l’attrait du bonus qu’apporte le multi-canal !
Chiffres Précepta / Xerfi 2012 vu sur http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130205trib000746766/le-e-commerce-un-vrai-faux-coupable.html
ii  Etude Chitika 2012 : http://searchengineland.com/chitika-we-got-googles-local-search-number-wrong-135965

Stéphanie PILATES
Pleine de vie, je suis heureusse de vous faire part de mes bons plans pour prendre soin de vous et économiser ci et là ! Budgetmag.com est le suppport idéal pour cela : un magazine en ligne et ses moultes conseils rien que pour vous !

Laisser un commentaire