Economies d’énergie : toutes les aides auxquelles vous avez droit

aides economie energie

Vous souhaitez faire évoluer votre logement et le rendre plus performant en matière de consommation d’énergie ? Bonne nouvelle, le projet de loi sur la transition énergétique (adopté le 3 mars au Sénat) prévoit un ensemble de mesures pour faciliter les travaux d’économie d’énergie et aider à réduire la dépendance de la France tant aux énergies fossiles que nucléaires.
En ajoutant également les aménagements permis par la loi de finances 2015, vous disposez au final d’un arsenal très complet pour financer vos projets.

Quelles aides pour quels travaux d’économie d’énergie ?

Améliorer la performance énergétique d’un logement peut se faire à plusieurs postes. Entre les questions d’isolation, de changement d’équipement ou d’amélioration de l’existant, le nombre de chantiers possibles est vaste.
Et pour complexifier le tout, les aides ne seront pas toutes éligibles en fonction des travaux réalisés. Voici une présentation complète des dispositifs que vous pouvez utiliser, et les conditions à respecter pour y prétendre.

Le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE)

Ce dispositif remplace le Crédit d’Impôt Développement Durable (CIDD) et permet un crédit d’impôt à hauteur de 30% du montant de la dépense. Le plafond est fixé à 8 000€ pour une personne (16 000€ pour un couple avec imposition commune).
Il est possible de profiter du CITE avec un grand nombre de travaux, de l’isolation de la toiture au changement des portes et fenêtres en passant par l’installation d’une chaudière à condensation ou d’un système d’aérothermie.

Pour en savoir plus : economie.gouv.fr/cedef/economie-energie-credit-dimpot

Le prêt à taux 0 écologique (éco-PTZ)

Les banques proposent des prêts à taux zéro écologiques pour financer vos travaux d’amélioration de la performance énergétique. Des travaux dans un logement individuel mais aussi dans les logements collectifs entrent dans le cadre de l’éco-PTZ. On parle alors d’éco-PTZ « copropriété ».

Deux mises en garde avec l’éco-PTZ.

  • Premièrement, pour en profiter, vous devez faire appel à une entreprise RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).
  • Deuxièmement, l’éco-PTZ n’est pas cumulable avec le CITE, sauf conditions de revenus (25 000€ maximum pour une personne et 35 000€  pour un couple).

Pour en savoir plus : vosdroits.service-public.fr/particuliers/F19905.xhtml

Les Certificats d’Economie d’Energie (CEE)

Les fournisseurs et distributeurs d’énergie, mais aussi certains acteurs de la grande distribution, doivent inciter leurs clients à réaliser des travaux d’économie d’énergie. L’état oblige en effet ces entreprises à « pousser » leurs clients vers une démarche plus engagée. Cela se traduit par des aides financières ou techniques.

Exemple avec Bleu Ciel d’EDF ou Dolce Vita de GDF, qui apportent une assistance à la décision ou des prêts. Dans la grande distribution, il est possible de récupérer des bons d’achat pour l’acquisition d’une chaudière neuve à condensation ou d’autres équipements économiques.

Pour en savoir plus : developpement-durable.gouv.fr/-Certificats-d-economies-d-energie,188-.html

Les Aides de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH)

Sous conditions de ressources, une subvention du montant des travaux engagée peut être octroyée pour les personnes qui sollicitent l’ANAH. Les propriétaires, propriétaires bailleurs ou syndicats de locataires peuvent bénéficier d’une aide s’échelonnant de 25 à 50% du montant des travaux.
Une limite de 20 000€ est fixée pour les propriétaires occupants et 60 000€ pour les propriétaires bailleurs.

A noter que les conditions de revenus varient entre la Région Parisienne et la Province.

Pour en savoir plus : anah.fr

Les primes de l’état et des collectivités

Dans son immense bonté, l’Etat, mais aussi les collectivités territoriales, peuvent vous aider pour le financement de vos travaux d’économie d’énergie. L’Agence des Services et de Paiement (ASP) peut ainsi vous verser une prime de 1 350€ à condition d’occuper votre logement depuis plus de 2 ans, et de disposer de revenus inférieurs à 25 000€ pour une personne, 35 000€ pour un couple.

Bonne nouvelle, cette aide peut se cumuler avec un éco-PTZ ou le CITE. Pensez également aux aides dispensées par votre ville ou l’intercommunalité dont vous dépendez. Parfois modestes (quelques centaines d’euros) elles peuvent grimper à plus de 10 000€ ou se traduire par une aide au diagnostic.

Pour en savoir plus : anil.org/profil/vous-etes-proprietaire/amelioration/aides-locales-a-leco-renovation/

Bilan des aides possibles

De nombreuses aides sont disponibles si vous possédez des revenus modestes et que vous souhaitez améliorer les performances de votre logement sur le plan énergétique. Si vos revenus sont toujours au-dessus des plafonds fixés, alors votre choix se limitera bien souvent à l’éco-PTZ et au CITE. Comparez les deux solutions avant de faire votre choix, car si le CITE est séduisant sur le papier, c’est souvent l’éco-PTZ qui est le plus « rentable ».

Avant de vous lancer dans des travaux d’amélioration de la performance énergétique, il est recommandé d’établir un diagnostic complet. Mieux, vous pouvez réaliser un audit énergétique  via un bureau d’études thermique spécialisé sur la question. Le budget sera compris entre 500 et 1 000€. Il s’agit d’une dépense importante, mais qui vous aidera à mieux définir vos priorités, et les sources d’économie potentielles.

Et vous ? Qui avez-vous consulté ? De quelles aides avez-vous bénéficié ?

Stéphanie PILATES
Pleine de vie, je suis heureusse de vous faire part de mes bons plans pour prendre soin de vous et économiser ci et là ! Budgetmag.com est le suppport idéal pour cela : un magazine en ligne et ses moultes conseils rien que pour vous !

Laisser un commentaire