Gaspillage alimentaire : donner oui, mais dans le respect des règles d’hygiène

gaspillage aliment regles hygiene

Faire un don alimentaire, c’est s’inscrire dans une démarche solidaire et aider à lutter efficacement contre le gaspillage. Le don en nature est le plus simple.

Plutôt que de donner de l’argent, faire un don est une solution pragmatique pour les particuliers, et déjà utilisée par de nombreux professionnels.

Oui, le don s’avère parfois moins coûteux que de jeter, recycler ou encore détruire des vivres.

Mais pour que cette initiative se déroule parfaitement, un certain nombre de règles, notamment alimentaires, sont à respecter. Les voici.

A qui faire des dons alimentaires ?

Si vous avez l’envie de faire marcher la solidarité et de donner, la première question pratique qui se pose est simple : à qui donner ? A quel organisme apporter de la nourriture ?

12 associations caritatives d’envergure nationale ont été habilitées en 2012, et peuvent ainsi collecter des dons en nature en France. Il s’agit, pour les plus connues :

  • de la Croix-Rouge française ;
  • de la Fédération française des banques alimentaires ;
  • des Restaurants du cœur ;
  • ou encore du Secours populaire Français.

Mais à l’échelle locale, d’autres associations existent et peuvent collecter puis redistribuer des dons alimentaires. Les banques alimentaires notamment fonctionnent en réseaux de proximité.

Bien s’organiser pour faire un don alimentaire en nature

Il est important de donner tout en respectant les règles d’hygiène et de sécurité sanitaire.

  • Vérifiez que les informations nécessaires sont toujours présentes sur les produits : dates de consommation, explications, numéro de lot.
    Un produit dont la date limite de consommation (DLC) est dépassée sera refusé, de même qu’un produit dont l’origine n’est pas traçable.
    Un produit dont la date limite d’utilisation optimale (DLUO) est passée pourra être accepté ;
  • Triez les produits avant de les donner par type, pour faciliter leur prise en charge par les bénévoles ;
  • Pour des raisons sanitaires, évitez les dons de pâtisseries, coquillages, produits réfrigérés non préemballés (poissons, viandes, steak hachés, abats, farces) ;
  • Ne donnez pas de produits surgelés, sauf dans des conditions particulières, notamment directement en grande surface, si l’association qui reçoit le don peut le prendre en charge et le stocker dans de bonnes conditions de suite ;
  • Les associations caritatives ne sont pas tenues d’accepter tous les dons. Ainsi, elles refuseront des produits dont les conditions de stockage n’ont pas été bonnes (traces d’humidité, présence de chocs, nuisibles, etc.).

Les dons en nature non-alimentaires toujours nécessaires

Donner de la nourriture pour les personnes dans le besoin n’est pas la seule façon d’aider.

Certes, les dons alimentaires sont très médiatisés, notamment via les actions des Restos du Cœur ou les grandes campagnes de collecte des banques alimentaires fin novembre, mais vous pouvez aussi donner d’autres choses.

Les associations qui ne collectent pas que de la nourriture recherchent ainsi toujours des produits d’hygiène corporelle, des couches bébés ou encore des textiles (notamment pour les personnes qui vivent dans la rue). Pensez-y !

Quels donc faites-vous ? Donnez-vous régulièrement ? Ou eêtes-vous, vous-même bénéficiaires des associations et autres organisations qui viennent en aide aux plus défavorisés ?

Stéphanie PILATES
Pleine de vie, je suis heureusse de vous faire part de mes bons plans pour prendre soin de vous et économiser ci et là ! Budgetmag.com est le suppport idéal pour cela : un magazine en ligne et ses moultes conseils rien que pour vous !

Laisser un commentaire