Habitat participatif : le logement de demain ?

habitat participatif

 

 

Construire un logement à plusieurs, bâtir un projet avec des espaces privés et des espaces partagés, puis devenir copropriétaire de cet immeuble, c’est ce que permet le concept de l’habitat participatif, qui pourrait révolutionner la façon dont nous nous logerons demain.

 

 

Présentation de l’habitat participatif

Rompant avec les codes traditionnels de l’achat immobilier, l’habitat participatif place l’humain au cœur des opérations de construction immobilières.

L’idée est de permettre à des groupes de citoyens de se réunir pour concevoir, créer et ensuite gérer un habitat de manière collective. Une façon nouvelle de concevoir le logement, qui permet de mieux répondre aux besoins, et donne naissance à des projets cohérents en fonction des moyens de chacun, sur fond de valeurs sociales et environnementales.

L’habitat participatif ne se résume pas à une association entre particuliers pour diviser les frais de construction. Au cœur de la conception du futur logement, ce sont les questions de la qualité de vie, de la solidarité au quotidien, mais aussi des comportements responsables qui est palpable.
Du choix des matériaux à la définition des espaces communs, des services partagés, c’est une « mini-ville » qu’il faut bâtir.

L’habitat participatif est encore naissant. Dans les grandes villes, les projets ne sont pas encore très nombreux. Les bonnes volontés ne manquent pas, et plusieurs associations ou collectifs essaient d’œuvrer pour faire connaître ce mode de logement du futur.

Un réseau national des collectivités pour l’habitat participatif a vu le jour en 2010, dans le but de réunir les collectivités qui veulent partager leurs expériences à ce sujet, et aider à la réalisation de projets concrets. Les villes d’Angers, de Bordeaux, de Grenoble, de Nantes, de Rennes, de Strasbourg (pionnière dans le domaine), ou encore de Toulouse en sont membres.

La loi ALUR et l’habitat participatif

La loi ALUR (pour l’accès au logement et un urbanisme rénové), examinée fin 2013, et définitivement adoptée en février 2014, pose un cadre légal pour l’habitat participatif. En effet, cette loi reconnaît l’existence de ce mode de construction, et l’officialise aux yeux des banques, des notaires, et de tous les éventuels partenaires. Un immense progrès, qui donne également aux citoyens intéressés par ces projets, la possibilité de se constituer en société d’habitat participatif.

Les coopératives d’habitants ou les sociétés d’attribution et d’autopromotion (les deux formes permises par la loi ALUR) vont permettre de mieux lancer les projets, en faisant de chaque habitant un associé, qui acquiert des parts sociales de ces sociétés.

Construire un logement avec l’habitat participatif, ça coûte combien ?

Vous l’avez compris, le principe de l’habitat participatif et de remettre les citoyens au centre des décisions afin de leur permettre de bâtir eux-mêmes le projet qui leur correspond. Mais en termes de prix, à quoi faut-il s’attendre ?

Le coût de construction de ces logements est généralement de 5 à 15% inférieur à celui des projets neufs identiques, vendus clés en main. En supprimant certains intermédiaires, l’habitat participatif permet d’effacer la marge empochée par le promoteur, et met en relation les différents acteurs de manière directe.

Un « écosystème », au centre duquel les citoyens gravitent. À eux de gérer les relations avec la ville, les architectes et les constructeurs, mais aussi les notaires et les banques. Si l’opération peut donc être rentable financièrement, elle s’avère chronophage !

« Il ne faut pas se décourager car certaines étapes comme la recherche d’un terrain et d’un financement sont difficiles » témoigne Claire Viallon, coprésidente de l’association éco habitat groupé dans les colonnes du journal Le Monde.

Avant d’aboutir, un projet d’habitat participatif peut durer trois à cinq ans, voire plus. Un parcours du combattant qui devrait se simplifier au fur et à mesure que les projets se multiplient.

Dessiner votre futur logement, et en devenir un copropriétaire, pour une vie harmonieuse, vous y croyez ? « Vivre ensemble, chacun chez soi », est-ce possible ?

Stéphanie PILATES
Pleine de vie, je suis heureusse de vous faire part de mes bons plans pour prendre soin de vous et économiser ci et là ! Budgetmag.com est le suppport idéal pour cela : un magazine en ligne et ses moultes conseils rien que pour vous !

Laisser un commentaire