Investissement nature… et en nature !

investir dans une vache

Si je vous dis placement ? Vous me répondrez actions en Bourse, assurance-vie, ou encore immobilier… Et si au lieu d’investir dans la pierre, il suffisait désormais d’acquérir une vache pour se faire un petit (ou gros !) capital ? Ou de posséder un chêne truffier dans le Lot ou l’Hérault ?

Insolite peut-être, mais pas farfelu à en croire ces sociétés qui proposent de participer à la production de nos terroirs, avantages en nature et pécuniaires à la clef ! Comment cela fonctionne-t-il ? Budgetmag.com vous explique tout…

Capitaliser dans une vache…

Voici une vache, appelons-la Marguerite. Cette bonne laitière fait partie du troupeau d’un éleveur disons Normand. Mais c’est vous qui l’avez achetée pour environ 1600 euros, via l’Association Française d’Investissement en Cheptel. Une fois propriétaire de la bête à corne, que se passe-t-il ?

Elle est en fait louée à l’éleveur qui de son côté récupère le lait et fait fructifier le troupeau. De votre côté, vous obtenez en retour la moitié de la descendance femelle de votre animal. Ces génisses viennent grossir votre capital, pour produire d’autres vaches à nouveau, ou être revendues à votre profit. C’est la Bourse aux champs !

Maintenant, comme dans tout placement, la patience s’impose… 3 ans seront nécessaires pour qu’une génisse parviennent à l’âge adulte et pour qu’on puisse commencer à envisager un retour sur investissement. Mais la nature travaille pour vous.

… ou investir dans un chêne truffier ?

Le principe est semblable : investir dans l’or noir de la gastronomie, la truffe ! Cette fois une société (Rond de Sorcières) vous invite à acheter un chêne truffier et à participer à ses plantations.
Premier prix, 290 euros l’arbre millésime 2013… qui arrivera à maturité en 2020.
Ici le fruit de l’investissement ce sont les truffes elles-mêmes dont une part revient au propriétaire des chênes. À 1200 euros le kilo du précieux champignon, le filon peut devenir séduisant si l’on accepte le paiement en nature et sur la durée (une truffière produit une vingtaine d’années)…

Toujours côté terroir et bonne bouche, vous pouvez aussi devenir propriétaire d’une cave prestigieuse auprès de l’entreprise Cavissima qui fait vieillir pour vous votre vin avant que vous ne revendiez vos crus parvenus à maturité (ou que vous ne les réserviez pour votre propre consommation).

Qui sait, vos bouteilles de grands bordeaux ou bourgogne finiront peut-être sur le marché chinois en pleine explosion ?

Voilà en tout cas trois exemples qui présentent une façon d’investir dans d’autres valeurs, dans le sillage d’un mode participatif de production et de consommation.

Et pour revenir aux placements traditionnels, même dans l’immobilier il y a d’autres manières de se tourner vers « la pierre », comme avec de nouvelles formes de copropriété bâtie à plusieurs, et en commun (voir notre article du 29 janvier 2014)

Stéphanie PILATES
Pleine de vie, je suis heureusse de vous faire part de mes bons plans pour prendre soin de vous et économiser ci et là ! Budgetmag.com est le suppport idéal pour cela : un magazine en ligne et ses moultes conseils rien que pour vous !

Laisser un commentaire