Les préconisations pour arrêter de fumer

preconisations arreter de fumer

Quelques chiffres d’abord.
7 euros le paquet de cigarettes. Un budget annuel pour un fumeur régulier de plus de 2500 euros… de quoi se payer de belles vacances ! Et le prix du tabac, qu’on dénonce ou non l’hypocrisie de l’État « dealer », continuera d’augmenter.

La cigarette tue 73 000 personnes par an en France d’après les estimations. Alors entre envie de préserver sa santé et désir de préserver son porte-monnaie, combien êtes-vous à vouloir vous débarrasser de cette addiction ?
La première constatation de la Haute Autorité de Santé, dans son rapport de janvier 2014, tient dans un pourcentage : 97 % des fumeurs ne peuvent pas arrêter sans aide au sevrage.
Voici ce que les autorités médicales préconisent, ou pas.

La panoplie des traitements anti-tabac

La Haute Autorité de Santé fait confiance dans les dispositifs existants et éprouvés. Les substituts nicotiniques sous forme de timbre ou de gomme à mâcher sont jugés relativement efficaces dans l’abstinence. Ils réduisent l’effet de manque, mais rencontrent leurs limites, surtout pour un abandon durable du tabagisme.

Deux médicaments, sur prescription médicale uniquement, peuvent être indiqués avec des résultats concluants, mais aussi des effets secondaires possibles à surveiller.
Il s’agit de la varéclinine, la molécule active du Champix agissant sur les récepteurs du cerveau ; et du bupropion (Zyban® et autres), un antidépresseur compensant la perte de plaisir liée à l’arrêt de la cigarette.

Le rapport de la Haute Autorité de Santé insiste surtout sur le rôle à jouer par les médecins généralistes dans l’accompagnement de leurs patients tabagiques.

Et la cigarette électronique dans tout ça ?

Ni oui, ni non. Telle est la position affirmée par les professionnels de santé qui ne s’engagent pas sur la cigarette électronique. Alors que le nombre de vapoteurs augmentent régulièrement, aucune étude ne permet aujourd’hui d’avoir le recul suffisant sur « l’efficacité et l’innocuité » de la cigarette électronique.
Considérée comme un moindre mal, elle n’est pas déconseillée. Ceux qui l’ont adoptée sont néanmoins invités à en parler à leur médecin traitant qui pourra l’intégrer dans la démarche de sevrage.

Sans grande surprise, les sages de la Haute Autorité de Santé réaffirme l’importance de la prévention, prioritairement auprès des jeunes et en milieu scolaire.
Information, écoute, accompagnement et suivi sont les quatre mamelles de la lutte contre la dépendance au tabac. Un fléau qui s’étend à l’échelle mondiale, laissant penser que les cigarettiers ont encore de beaux jours devant eux…

Stéphanie PILATES
Pleine de vie, je suis heureusse de vous faire part de mes bons plans pour prendre soin de vous et économiser ci et là ! Budgetmag.com est le suppport idéal pour cela : un magazine en ligne et ses moultes conseils rien que pour vous !