Troc : le point sur une nouvelle tendance mondiale

troc nouvelle tendance

Nouvelle tendance, système ancestral : si le troc revient à la mode, nos ancêtres sans monnaie l’utilisaient déjà pour commercer !

Cousin pauvre du capitalisme durant des décennies, le troc reprend aujourd’hui des couleurs à la faveur d’une crise qui dure… et s’invente de nouveaux codes pour une seconde jeunesse, du troc de maison au troc de services. Un échange gagnant sur tous les plans, pour la planète comme le troqueur.

Le troc, pourquoi ça marche

Le troc, vous connaissez : échanger un objet dont vous n’avez plus besoin, contre un autre dont vous aurez l’usage. Et le bilan est rapide ! Aucune dépense financière, des objets recyclés, une consommation durable et équitable, une économie participative, un bonus environnemental et la préservation du lien social. En résumé ? Le troc a tout d’un grand !

Si un parfum légèrement démodé lui collait à l’échange, la crise a remis de l’ordre dans les priorités. L’essentiel n’est ni la nouveauté, ni la modernité : on fait dans l’utile, le pratique et l’efficace. La génération Débrouille, adepte du fait maison et des astuces en tous genres, l’a bien compris : le troc est un bon plan qui ne vieillit pas… et qu’un lifting numérique pourrait bien métamorphoser.

Le troc à l’ère numérique

La révolution du numérique a simplifié les échanges, internet a rapproché les troqueurs. Peu importe que l’objet convoité se situe à l’autre bout du pays : un clic, un mail, un colis. Et même le colis s’affranchit dorénavant en ligne avec dépôt en boîte aux lettres ! Vous dénichez une vieille horloge au grenier, au look industriel recherché ? Il vous suffit de la lister sur un site de troc en ligne, puis d’attendre des nouvelles, ou de chercher vous-même un objet en échange.

À une époque où l’économie collaborative séduit un nombre croissant d’usagers, le troc devient même moteur d’activité… avec la création de multiples plateformes spécialisées lancées par des entrepreneurs dynamiques et motivés, parfois même grâce au crowfunding. Plus ça va, plus on troque, et mieux, on troque tout, du plus petit objet au plus gros des services. Résultat ? Le troc n’a plus de frontières, et se pratique à échelle mondiale.

Les profils des troqueurs

  • Le troc, c’est pratique, et certains l’ont bien compris. Plus de la moitié des usagers considèrent même la méthode comme une économie du futur, aussi essentielle que l’économie traditionnelle. Et puisque la consommation collaborative est pratique, pourquoi s’en priver ?
  • Le troc, c’est un engagement… pour 74% des troqueurs. Engagement pour la planète, engagement pour la consolidation d’un lien social, engagement pour un monde meilleur où le partage est roi, loin d’une économie de marché souvent égoïste et parfois cruelle. Troquer, c’est aussi recycler !
  • Le troc, c’est économique et les finances en restent le principal moteur. Avec 75% de troqueurs motivés par le budget, le système ne déçoit pas : aucun échange d’argent n’intervient dans un troc. Et pour compenser les différences de valeur entre les objets échangés, certains sites proposent des points à cumuler, puis à investir.
  • Le troc, c’est tendance. Impossible de sous-estimer la portée d’un phénomène de mode dans l’économie collaborative : échanger des produits fait maison s’inscrit dans les derniers mouvements bobo, hipster ou autres. Futile ? Peu importe la raison, tant que l’effort est participatif!

Les nouveaux mondes du troc

Le troc alimentaire, ou Food Swap

Mélangez DIY et troc, vous obtenez le Food swap ! D’un côté, du fait maison bio et bon, de l’autre, l’envie de remplir le frigo sans dépenser le budget du mois. La solution : des réunions bonne ambiance fraîchement débarquées des États-Unis.

Présentez sur une table vos produits à échanger, puis faites le tour des voisines pour proposer un troc. Vous avez des œufs frais ? Laissez votre nom sur la liste pour une miche de pain maison. Si le troqueur accepte, le tour est joué.

Le troc de compétences, ou Jobbing

Vous avez les compétences, mais pas le temps de réparer la clôture de votre jardin. Quelque part aux alentours, quelqu’un a le temps de bricoler, mais pas les moyens de payer le conseil juridique dont il aurait besoin… Qu’à cela ne tienne, échangez !

Elle aussi importée de nos voisins américains, la méthode met en relation ceux qui cherchent une aide et ceux qui proposent leurs services, parfois contre rémunération, le plus souvent par un système collaboratif. Un bon plan de plus pour troquer utile.

Le troc de maison, ou Home Swap

Un logement typique au bout du pays, voire du monde, sans crédit immobilier pour un hôtel hors de prix ? Facile, avec le Home swap ! Le nombre de sites spécialisés se multiplie sur la toile, offrant, par exemple, deux semaines dans une villa méditerranéenne contre deux dans un appartement parisien.
Si la méthode est irrésistible pour limiter le budget vacances, gare aux arnaques : on n’échange pas une maison comme on échange un livre. N’utilisez que des sites reconnus, lisez attentivement le contrat, contactez votre assureur, et vérifiez que le site ne réclame pas d’abonnement payant.

Le troc de vêtements façon vide dressing

La mode change vite, les goûts évoluent et les envies avec. Plutôt que de courir faire les boutiques au premier signe de lassitude, pourquoi ne pas troquer vos vêtements ? Dans la lignée des vide-dressing popularisés par les blogueuses mode, et stimulés par la popularité du vintage, nombre de sites et d’évènements se concentrent désormais sur un troc de vêtements côté mode.

 

La conclusion ? Le troc n’en a pas fini de revenir… ni de se réinventer !

Stéphanie PILATES
Pleine de vie, je suis heureusse de vous faire part de mes bons plans pour prendre soin de vous et économiser ci et là ! Budgetmag.com est le suppport idéal pour cela : un magazine en ligne et ses moultes conseils rien que pour vous !

Laisser un commentaire